Accueil
Mega Drop Down Menu
Rechercher sur metronimo.com avec
Google

Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

English Français Espaol

Accueil de la bibliothèque > Dictionnaire pratique et historique de la musique par Michel Brennet (1926)

Dictionnaire pratique et historique de la musique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Z

MA ME MI MO MU MY
Marche
Nom féminin.
1. Air ou morceau de musique instrumentale rythmé sur l'allure normale du pas de l'homme et destiné à accompagner et à diriger la marche d'une troupe ou d'un cortège, militaire, civil ou religieux. La destination la plus fréquente de la marche est militaire. De tous temps, des instruments de musique ont précédé les armées et servi, non seulement à rallier les soldats par des signaux, mais à soutenir la régularité de leur pas. Les plus anciens rythmes de marche dont on possède la notation sont ceux de l'infanterie française et des troupes suisses au service de la France, pendant le xVIe s. Ils sont notés pour le tambour par l'auteur de l'Orchésographie (1588) qui mentionne la coutume de les faire accompagner par des airs de fifre, construits « à plaisir », c'est-à-dire improvisés par l'exécutant, d'après les formules convenues. Le rythme de la marche. suisse se reconnaît dans un passage de la chanson de Jannequin sur La Bataille de Marignan (1515). Lorsque furent organisées en France, sous Louis XIV, les tondes de musique militaire, Lulli composa des modèles de marches, pour différents corps de troupe. Ces pièces, dans l'une desquelles l'ancienne batterie de la marche française est exactement suivie, sont ordinairement divisées en deux parties successives, de 8 mesures chacune, avec reprises :


Le rythme binaire de la succession régulière des pas, s'exprimait tantôt sous les mesures chiffrées à 2 et à 4 temps, tantôt sous celles, dites composées, qui admettaient le décompte des triolets et se chiffraient à 6/8 ou 12 /8. Le plan, très bref, de Lulli, fut longtemps suivi. La forme avec da capo dans laquelle une première partie, divisée en deux reprises, se répète pour conclure après une partie centrale de même étendue, formant contraste mélodique avec elle, ainsi que dans le menuet symphonique avec trio, fut adoptée à l'époque classique.

A l'heure actuelle, un répertoire national de marches militaires existe en chaque pays et comprend fréquemment des morceaux spécialement composés pour un corps ou pour un régiment. Entre les marches françaises qui sont devenues le plus justement populaires, il suffit de rappeler la marche de Sambre-et-Meuse, de Planquette (vers 1860) et la Marche lorraine de Ganne (vers 1895). En dehors de la destination immédiatement militaire, le nombre est infini des marches composées en vue de buts divers pour toutes les combinaisons d'instruments. Berlioz est un des maîtres qui ont affectionné cette forme : après la Marche au supplice, de la Symphonie fantastique (1828) et la Marche des pèlerins, de la symphonie Harold en Italie (1834), il a écrit la marche de sa Symphonie funèbre et triomphale (1834), la Marche des drapeaux, de son Te Deum (1849), la Marche hongroise de La Damnation de Faust (1848), qui est un arrangement de la Marche de Racoczy, la Marche funèbre troyenne des Troyens à Carthage (1863).

Introduite dès l'origine dans l'opéra et le ballet pour l'accompagnement musical des entrées et des défilés, la marche y a revêtu tantôt la forme usuelle avec da capo, comme la Marche du Prophète, de Meyerbeer (1849), et tantôt une forme développée en couplets reliés par un thème principal, et qui ont pour mission de caractériser des groupes différents de personnages, comme la Marche des corporations, dans Les Maîtres chanteurs, de R. Wagner (1868).

Les titres et les destinations spéciales donnés à des marches instrumentales n'en modifient pas le plan, mais le style. C'est ainsi que les deux plus célèbres marches funèbres, celle de la Symphonie héroïque, de Beethoven (1803) et celle qui fait partie de la 12e Sonate pour piano, de Chopin (1840), se conforment à la symétrie pour ainsi dire obligatoire du da capo, en animant cette forme d'une expression intense de gravité douloureuse ou de morne désolation.

Entre les marches  religieuses, aucune ne surpasse la noble gravité de celle d'Alceste, de Gluck (1776). La marche du Songe d'une nuit d'été, de Mendelssohn, que l'on a coutume d'intituler Marche nuptiale est une brillante musique de cortège dans le style d'opéra et dans la forme à couplets.

On a traduit inexactement par Marche aux flambeaux le titre de Fackeltanze de Meyerbeer, sortes de danses composées pour des cérémonies traditionnelles à la cour de Prusse et dont l'une, au moins, a été jadis entendue dans les concerts.

2. On appelle Marche harmonique une série de progressions, ou répétitions d'une formule harmonique à un intervalle supérieur ou inférieur. La marche harmonique est dite ascendante ou descendante, selon le sens où s'effectuent les progressions, unitonique, lorsqu'elle s'accomplit sans changement de ton, modulante, lorsqu'elle parcourt plusieurs tons avant sa terminaison. Afin de conserver la symétrie des parties harmoniques de progression en progression, on y permet l'usage d'intervalles ordinairement défendus, tels que les octaves et les quintes cachées.

3. On donnait avant le XVIIe s. le nom de marche aux touches du clavier.


 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version imprimable

Retourner en haut de la page

Livres sur la musique prix cass

Livres sur Jean-Jacques Goldman  prix cass Livres sur Jean-Jacques Goldman  prix cass
Livres sur Michael Jackson  prix cass Livres sur Maria Callas  prix cass

Copyright © metronimo.com - 1999-2023 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871