Accueil
Mega Drop Down Menu
Rechercher sur metronimo.com avec
Google

Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Espaol

Accueil de la bibliothèque > Dictionnaire pratique et historique de la musique par Michel Brennet (1926)

Dictionnaire pratique et historique de la musique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Z

HA HE HI HO HU HY
Hautbois
Nom masculin.
Instrument à vent, en bois, à tuyau conique et à anche double. Le principe de sa construction est regardé comme d'origine très ancienne et a engendré plusieurs familles d'instruments dont les modèles primitifs apparaissent figurés sur les monuments de l'Egypte et se perpétuent dans l'usage des peuples orientaux. Conservés au moyen âge dans l'Europe occidentale, ils s'y divisèrent en deux familles que distingue déjà Virdung (1511) et que décrit Prætorius (1618); l'une constituée par les cromornes de différentes dimensions, à anche double et tube cylindrique, l'autre par le chalumeau aigu (kleines Schalmey), la douçaine (discant Schalmey), le pommer alto (plus tard appelé hautbois de chasse, ou de forêt) et les trois grandes variétés de pommer, ancêtres du basson. Le « discant » ou douçaine, est devenu le hautbois ordinaire.

On l'employait aux XVIe et XVIIe s. pour accompagner la danse, et Thoinot Arbeau (1589) lui trouvant quelque ressemblance avec la trompette, recommandait l'association des gros et petits hautbois sonnant à l'octave l'un de l'autre, disant « cette couple bonne pour faire résonner un grand bruit, tel qu'il faut ès festes de village et grandes assemblées ». Mersenne (1636) donnait au hautbois la même destination, lui trouvant « le son le plus fort et le plus violent de tous les instruments, si l'on excepte la trompette », ce qui le fit adopter pour la composition des premiers corps de musique militaire, organisés sous Louis XIV. Les joueurs de hautbois figuraient, confondus avec les joueurs de musette, dans la musique de l'Écurie et De Pure (1665) trouvait « peu de chose à désirer » dans la manière dont ils jouaient. Ce peu de chose était la difficulté de « s'assurer sur le vent », c'est-à-dire d'obtenir un son égal et prolongé.

Estimé pour le volume sonore qu'il pouvait développer, autant que par la qualité de son timbre, le hautbois fut longtemps regardé comme un excellent instrument de remplissage et les exécutions d'opéras, d'oratorios ou de cantates de Steffani, de Keiser, de Haendel et de Bach ont autrefois souvent comporté un nombre relativement élevé de hautbois, doublant les parties de violon. Les exécutions du Messie, de Haendel, selon l'orchestration originale, qui ont été dirigées à Paris par Raugel en 1910, se sont conformées à cette disposition dont l'excellent résultat dans les passages en force a été constaté. C'est par l'effet des progrès accomplis par les grands virtuoses dans le jeu du hautbois que s'est établie la coutume de le traiter dans l'orchestre comme un instrument de solo. L'habileté des frères Besozzi y contribua largement, dans la seconde moitié du XVIIIe s. A cette époque, le hautbois n'avait encore que 3 clefs, dont deux avaient été ajoutées en 1727 par le facteur allemand Gerhard Hoffmann. Le musée du Conservatoire de Paris conserve le hautbois à 4 clefs dont, se servait Sallantin. Le nombre des clefs fut graduellement accru et l'instrument perfectionné par Delusse (1780), Buffet (1844), Brod (1846) et surtout par Triébert (1813-1878) qui était, comme Brod, à la fois exécutant et facteur.

HautboisLe seul hautbois actuellement en usage, — à l'exception du cor anglais (voyez ci-après) — et qui correspond à la douçaine, ou « discant Schalmey », hautbois soprano, comporte, avec 6 trous latéraux, 10 clefs. Sa longueur théorique est de 0 m. 696. Il se construit en ut et sa partie se lit par conséquent sans transposition. Il fournit une échelle chromatique complète de 2 octaves et une quarte dont la première octave, du si à l'ut dièse, est en sons naturels, et dont les notes suivantes s'obtiennent en faisant octavier l'instrument. On peut y ajouter une ou deux notes à l'aigu par des artifices de doigté. On fabrique des hautbois en buis, en ivoire, plus fréquemment en ébène ou en cèdre. On a essayé d'en construire en cuivre, pour les corps de musique militaire, qui ont presque complètement rejeté l'usage de ce bel instrument, faute d'avoir continué à l'employer par masses, ainsi qu'à l'origine, et d'insister sur la qualité « claire et mordante » de son timbre, jugé autrefois martial comme celui des cornemuses britanniques, et aujourd'hui considéré essentiellement comme agreste, pour son analogie avec celui de la musette. Le rôle de « grand soliste pathétique » que lui avait assigné Bach, est passé au cor anglais. Le caractère poétique de son timbre, la faculté qu'il a de rendre des effets nuancés, délicats, élégants et légers ont été mis au premier plan par les compositeurs modernes. Dans la musique de chambre, le hautbois a joué un rôle d'une certaine importance : des concertos, des trios, une sonate de Haendel; un quatuor de Mozart; un trio pour deux hautbois et cor anglais et un quintette de Beethoven comportent le hautbois. Depuis Schumann. jusqu'aux modernes, l'instrument a toujours eu la prédilection des compositeurs. Des méthodes pour le hautbois ont été publiées par Brod (1846), Garnier, etc.

Cor anglais- De l'ancienne famille du chalumeau, l'orchestre moderne a conservé, auprès du hautbois ordinaire en ut, une variété équivalente à l'ancien « pommer ténor » et au hautbois de chasse, ou de forêt, oboe di caccia, usité à l'époque de Bach. Le nom de Cor anglais, donné à cette variété, est inexpliqué, l'origine de l'instrument n'ayant rien de britannique. C'est, en réalité, un hautbois alto, sonnant en fa, une quinte au-dessous du hautbois ordinaire. Sa longueur théorique est de l m. 043. Son échelle comprend 2 octaves et une quarte, du mi au si bémol. Sa sonorité particulièrement belle dans le médium et les dernières notes au grave lui ont lait confier le rôle pathétique autrefois tenu dans quelques œuvres célèbres par le hautbois soprano. Berlioz le vante comme « supérieur à tous les autres (instruments) quand il s'agit d'émouvoir en faisant renaître les images et les sentiments du passé », et il s'en est servi avec bonheur en ce sens dans la romance du Roi de Thulé, de La Damnation de Faust (1848), ainsi que Wagner dans l'introduction du 3° acte de Tristan et Isolde (1865). Le mode de notation de la partie de cor anglais a varié. En France, jusqu'au milieu du XIXe s., on l'écrivait en sons réels, en clef d'ut 2e ligne; en Italie, à la même époque, on la notait dans le ton réel, mais à l'octave inférieure. De nos jours, on l'écrit communément en clef de sol 2e ligne et en ut, ce qui nécessite, à la lecture de la partition, une transposition mentale à la quinte inférieure.

- Hautbois d'amour, variété en usage au temps de Bach, qui s'en est servi dans plusieurs de ses cantates, sonnait une tierce mineure au-dessous du hautbois ordinaire en ut et tenait par conséquent le milieu entre celui-ci et le cor anglais. Quelques exemplaires modernes en ont été construits par différents facteurs, pour l'exécution des œuvres de Bach.

- On donne le nom de hautbois à un jeu d'orgues à anches, d'une sonorité brillante, imitée de celle du hautbois d'orchestre.


Voir aussi: Écurie

 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version imprimable

Retourner en haut de la page


Copyright © metronimo.com - 1999-2021 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871