Accueil
Mega Drop Down Menu
Rechercher sur metronimo.com avec
Google

Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Espaol

Accueil de la bibliothèque > Dictionnaire pratique et historique de la musique par Michel Brennet (1926)

Dictionnaire pratique et historique de la musique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Z

EC EF EG EI EL EM EN EO EP EQ ER ES ET EU EV EX
Écho
Nom masculin.
1. Réflexion du son. Le phénomène de l'écho se produit lorsque l'observateur, émettant lui-même le son ou se trouvant très rapproché de sa source, l'entend deux fois, au départ et au retour. Le temps écoulé entre les deux perceptions dénote la distancera laquelle s'effectue la réflexion. La vitesse de propagation des ondes sonores étant d'environ 340 m. à la seconde, à la température de 18°, un écho perçu au bout d'une seconde fixera 170 m. comme distance de la paroi de réflexion. Plusieurs réflexions successives produisent des échos multiples, d'intensité décroissante. Les cryptes de la grande pyramide d'Egypte, où se succèdent des couloirs à murailles lisses, contiennent un écho célèbre, où le son se répercute une dizaine de fois, comme un roulement de plus en plus indistinct. Dans la vallée de Montmorency, un écho naturel répète jusqu'à sept syllabes de suite. Les touristes voyageant dans l'Oberland bernois y sont sollicités par des pâtres qui se servent du cor des Alpes pour faire retentir des échos multiples.

2. L'imitation musicale des réponses de l'écho a été fort anciennement pratiquée dans l'exécution vocale ou instrumentale et spécifiée par l'écriture dans les œuvres du XVIe et du XVIIe s. Des effets d'échos ont été relevés chez Orlando de Lassus (décédé en 1594). Une Fantaisie en écho, de Banchieri (1603), fait répéter aux mêmes instruments le même petit dessin harmonique, d'abord forte, puis piano : les mêmes indications figurent dans la Organistina bella, pour luth, du manuscrit de Vesoul (fin XVIe s.). Sweelinck emploie sur l'orgue le même procédé, en opposant le jeu de deux claviers manuels ; ses œuvres contiennent deux Fantaisies en manière d'Écho; il y a un Air en écho dans une Suite du violoniste Baltzar (1659). R. Keiser, J.-S. Bach, Haendel, aussi bien que Nivers, Gigault, Lebègue, Marchand, usent de l'effet d'écho, dans leurs compositions dramatiques ou religieuses, d'une manière si fréquente, que l'on a proposé de sous-entendre une indication de ce procédé partout où se trouverait une réitération d'un même dessin. Après que la pratique des gradations sonores du crescendo et du decrescendo se fut partout généralisée et que la virtuosité des instrumentistes eut permis des nuances plus nombreuses et plus délicates, l'écho ne fut pas abandonné, mais au contraire spécialement mis en relief dans de petits ouvrages de concert. J. Haydn a composé (1767) un Écho « pour 4 violons et 2 violoncelles » divisés en deux groupes et disposés dans deux appartements contigus; les cinq morceaux contenus dans cette œuvre se partageaient en reprises textuellement reproduites par le second groupe après avoir été exposées par le premier. Mozart a donné une forme plus ingénieuse à un Notturno en écho comprenant trois morceaux (1777) pour quatre orchestres formés chacun de 2 violons, alto, cors et basse; le motif exposé par le premier orchestre est répété presque en entier par le second; le troisième n'en reproduit que les dernières mesures, le quatrième, les dernières notes, toujours en affaiblissant la sonorité. Les effets d'écho et de lointain apparaissent dans les productions dramatiques ou descriptives de la fin du XIXe s. sans en faire l'objet direct. Ils se réalisent à l'orchestre par l'emploi des sourdines, des sons bouchés, par l'opposition de timbres que fournissent deux instruments différents, mais apparentés. L'éblouissante fantaisie de Chabrier, España (1883), le Caprice espagnol de Rimski-Korsakov (1887) en offrent d'heureux exemples, dont le dernier consiste en la répétition par le cor, en sons bouchés, du dessin qu'il vient d'exécuter en sons ouverts, une tierce plus haut.

3. L'un des anciens claviers de l'orgue, reproduisant en sons très doux ou étouffés la sonorité des jeux des autres claviers; effet que l'on peut obtenir par un mécanisme approprié, sur les autres claviers, dans les orgues modernes.


 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version imprimable

Retourner en haut de la page


Copyright © metronimo.com - 1999-2021 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871