Accueil
Mega Drop Down Menu
Rechercher sur metronimo.com avec
Google

Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Espaol

Accueil de la bibliothèque > Dictionnaire pratique et historique de la musique par Michel Brennet (1926)

Dictionnaire pratique et historique de la musique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Z

CA CC CE CH CI CL CO CR CU CY CZ
Contredanse
Nom féminin.
Danse importée d'Angleterre en France au XVIIe s. et dont le titre, inexactement traduit dans notre langue, était country dance, littérallement danse de campagne, de village, danse de paysans. Mentionnée en Grande-Bretagne dès le XVIe s., elle présentait cette particularité de ne pas se composer d'un seul air ni d'un seul genre de pas, mais de comprendre plusieurs mélodies et plusieurs figures. Les titres qui lui étaient donnés indiquent qu'elle se dansait sur des chansons. William Byrd (décédé en 1623) arrangea pour la virginale quelques airs de country dances. Les mentions qui sont faites de semblables mélodies montrent que, depuis les règnes des reines Elisabeth et Mary, ce genre de danse avait pénétré dans les plaisirs de la société polie. Deux « maîtres à danser » français, Isaac, puis André Lorin, revenant de Londres, l'introduisirent presque simultanément, en 1684, à la cour de Louis XIV; on a du second un manuscrit offert au roi, où des airs anglais sont accompagnés de figurines explicatives peintes à la gouache. Les Suites de danses pour les bals du roi, publiées à Paris, chez Ballard, en 1699, contiennent 17 « contredanses anglaises ». Ces faits corrigent l'assertion, souvent répétée, selon laquelle la contredanse n'aurait pénétré en France que sous la régence. Elle y était acclimatée à cette époque, et l'on avait coutume de la danser sur des airs d'opéra. Une des contredanses célèbres au XVIIIe s., la Furstenberg, se dansait sur un motif de L'Europe galante, de Campra (1697). Des recueils de contredanses furent publiés par Feuillet (1706), Dezais (1712), Leclerc (1750), etc. Mozart n'a pas dédaigné d'écrire plusieurs séries de contredanses pour les bals de Salzbourg et de Vienne; chacune ne comporte qu'un seul morceau de 16, 24 ou 32 mesures à 2/4. Au cours du XIXe s., la contredanse s'agrandit; on perdit de vue son origine et son étymologie anglaises pour l'interpréter comme une série de pas exécutés par des groupes opposés, de chacun quatre danseurs, ou quadrilles, dont le nom prévalut pour désigner la danse elle-même.

Voir aussi: Quadrille

 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version imprimable

Retourner en haut de la page


Copyright © metronimo.com - 1999-2021 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871