Accueil
Mega Drop Down Menu
Rechercher sur metronimo.com avec
Google

Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Espaol

Accueil de la bibliothèque > Dictionnaire pratique et historique de la musique par Michel Brennet (1926)

Dictionnaire pratique et historique de la musique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Z

AB AC AD AE AF AG AI AL AM AN AP AR AS AT AU AV
Accompagnement du plain-chant
L’oreille moderne est tellement accoutumée à l’harmonie qu’elle a peine à goûter une exécution entièrement homophone. Elle semble appeler un accompagnement pour le chant liturgique, dont la modalité se refuse à l’harmonie. Les orgues installées au moyen âge dans les églises n’y servaient pas à l’accompagnement, mais à l’exécution de préludes, postludes et versets alternant avec le chœur. Lorsque, dans le XVIIIe s., la nécessité se fit plus vivement sentir de guider la maladresse des chantres par les sons d’un instrument, on recourut au serpent ou au basson, qui doublaient les voix à l’unisson. C’est de l’invention de l’harmonium vers le milieu du XIXe s., que datent la vulgarisation et la tyrannie de l’accompagnement du plaint-chant. Dans le grand nombre de méthodes qui se sont répandues, les unes consistaient en banales et perpétuelles successions d’accords consonants, enchaînés mécaniquement et suivant la mélodie note pour note :

D’autres, par des emprunts faits aux procédés de l’art contrepointique, s’éloignaient à la fois du but premier de l’accompagnement et de la structure modale du plain-chant. La restauration du chant grégorien a renouvelé ces études et fait naître un style nouveau où sont avant tout respectées la modalité et la souplesse rythmique des mélodies :


 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version imprimable

Retourner en haut de la page


Copyright © metronimo.com - 1999-2021 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871