Accueil
Mega Drop Down Menu
Rechercher sur metronimo.com avec
Google

Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Espaol

Accueil de la bibliothèque > Dictionnaire pratique et historique de la musique par Michel Brennet (1926)

Dictionnaire pratique et historique de la musique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Z

AB AC AD AE AF AG AI AL AM AN AP AR AS AT AU AV
Accident
Nom féminin
Signe d’altération par lequel un son de la gamme naturelle se trouve élevé ou abaissé d’un ou de deux demi-tons chromatiques. Le dièse et le double dièse marquent l’élévation, le bémol et le double bémol , l’abaissement. Le retour au son naturel après un son diésé ou bémolisé se marque par un bécarre ou un double bécarre et par un bécarre avec un dièse , s’il s’agit du passage du double dièse au dièse, un bécarre et un bémol dans le cas où l’on passe du double bémol au bémol. Les accidents employés à titre d’altération constitutive s’inscrivent une fois pour toutes en tête de la portée de début, entre la clef et le signe de mesure; ils forment l’armure de la clef et demeurent valables pendant toute la durée du morceau, à moins qu’ils ne se trouvent modifiés par une nouvelle armure. Les accidents rendus nécessaires par l’introduction d’intervalles étrangers au ton du morceau, ou par des modulations passagères, se placent devant la note qu’ils affectent et se répètent de mesure en mesure jusqu’à ce qu’ils soient annulés par un accident contraire. L’usage des changements de clef pour la transposition dispensait les anciens maîtres de faire un emploi fréquent des accidents. Ceux que comportaient chez eux les formules de cadences ou le heurt des intervalles restaient souvent sous-entendus, et leur fixation dans les rééditions modernes offre parfois de délicats problèmes à résoudre. Au XVIIIe s., la pratique du chant accompagné fit graduellement réduire et abandonner l’usage des changements de clef et obligea les compositeurs à écrire constamment la note réelle, en recourant aux accidents. Au début du XXe s., la musique, modulante et chromatique, en fait un emploi de plus en plus large et qui modifie profondément l’aspect comparatif des anciennes et nouvelles notations. Il arrive fréquemment qu’une modulation passagère dans un ton éloigné entraîne la nécessité de placer un accident devant chacune des notes inscrites sur la portée. Dans l’ex. ci-joint, le ton du morceau, si b mineur, comporte cinq bémols à l’armure de la clef et le passage modulant en mi mineur s’écrit à l’aide de bécarres et de dièses accidentels :

Quelques auteurs croient devoir en outre se servir d’accidents dits « de précaution », mis entre parenthèses ou au-dessus de la portée, afin de rappeler à l’exécutant que la note sur laquelle on attire ainsi son attention a été précédemment munie d’un accident dont l’effet doit subsister.

Voir aussi: Altération, Armure, Transposition

 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version imprimable

Retourner en haut de la page


Copyright © metronimo.com - 1999-2021 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871