Accueil
Mega Drop Down Menu
Rechercher sur metronimo.com avec
Google

Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Espaol

Accueil de la bibliothèque > Dictionnaire pratique et historique de la musique par Michel Brennet (1926)

Dictionnaire pratique et historique de la musique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Z

VA VE VI VO VU
Voix
Nom féminin.
1. En général, dit Littré, « production d'un son dans le larynx »; en particulier, « son qui est produit par le larynx humain. La voix est produite par le passage de l'air dans le larynx par suite de l'impulsion que communique à la colonne aérienne le mouvement d'expiration ». Les expressions voix de poitrine, voix de tête ne sont pour certains que des vocables servant a distinguer le registre grave du registre aigu. Elles correspondent cependant à une impression certaine, suivant que la voix résonne dans les cavités supérieure ou inférieure de l'appareil vocal. Un bon chanteur sait faire descendre uniformément sa voix de tête jusque dans le registre grave; on cite ceux qui arrivent à chanter en voix de poitrine jusqu'à un degré fort élevé ; l'ut supérieur de poitrine de certains ténors est resté fameux. Beaucoup de chanteurs de théâtre, pour paraître en force, donnent les notes graves en poitrine et passent aux notes de tête vers le sol ou le la moyens : ce « passage » est très délicat.

Voix blanche, s'entend d'une voix sans timbre déterminé : les Italiens appliquent volontiers ce terme à la tessiture commune au ténor et a l'alto, où la haute-contre et le contralto peuvent indifféremment chanter la même partie, sans, que l'auditeur puisse discerner toujours s'il a affaire à une voix, d'homme ou à un dessus grave.

La tessiture courante des diverses voix est renfermée entre les deux notes suivantes que les clefs anciennement en usage laissent à la même place sur la portée :

Mais les « bonnes notes » des voix moyennes, pour le chœur, sont renfermées dans une octave, à laquelle on peut en ajouter une seconde, quarte au-dessous, et exceptionnellement quinte au-dessus pour les voix à mettre en relief. On remarquera qu'à voix correspondante dans les dessus et les voix d'hommes, les voix-aiguës d'hommes montent plus haut et les voix graves descendent plus bas.

2. La désignation des voix ou parties dans les compositions polyphoniques, diffère selon les époques, et selon le genre de composition. Dans le faux-bourdon, dès son origine au XIVe s., on disait : supranus, altus, ténor, bassus. Dans le déchant, à la même époque : discantus, duplum, triplum, quadruplum, motetus, ténor. Au XIVe s., contratenor était souvent synonyme de basse. A l'époque de la Renaissance : cantus, ou superius, altus, contraltus, ténor, bassus, et en italien canto, alto, contralto, ténor, basso. Les allemands avaient conservé le nom de Diskant pour le dessus. Dans la musique française au XVIIe s. et jusque dans la première partie du XIXe s. : dessus (1er et 2d), haute-contre, taille, concordant, basse-taille ou basse.


Voir aussi: Ambitus, Appareil, Clef, Larynx, Lèvres, Pharynx, Phonation, Registre, Tessiture, Timbre

 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version imprimable

Retourner en haut de la page


Copyright © metronimo.com - 1999-2021 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871