Accueil
Mega Drop Down Menu
Rechercher sur metronimo.com avec
Google

Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Espaol

Accueil de la bibliothèque > Dictionnaire pratique et historique de la musique par Michel Brennet (1926)

Dictionnaire pratique et historique de la musique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Z

TA TE TH TI TO TR TU TY
Timbre
Nom masculin.
1. Qualité du son émis par une voix ou par un instrument et qui les différencie d'autres voix et instruments de même nature et de même étendue. Helmholtz a proposé d'appeler le timbre Klangfarbe (couleur du son), Tyndall traduit Clang-tint (teinte du son). Le timbre est produit par les sons harmoniques. « Quand les sons partiels impairs existent seuls (petits tuyaux bouchés de l'orgue, cordes du piano pincées au milieu, clarinette, etc.) », le son est creux et nasillard. « Si le fondamental domine, le timbre est plein ; il est vide dans le cas contraire. Quand les harmoniques supérieurs, à partir du 6e, sont intenses, le son devient aigre et dur (hautbois, basson, harmonium, etc.). Mais un certain degré de dureté n'est pas pour faire proscrire ces sons de l'orchestre; ils doivent à leur pénétration singulière un rôle spécial. Le degré de dureté des accords varie avec le timbre des sons utilisés. » (Bouasse). La diversité de construction des jeux d'orgue en fait un champ d'expériences particulièrement favorable à l'étude des timbres.

2. Motif ou air préexistant, et sur lequel on applique des paroles nouvelles. Le chant chrétien primitif faisait un large emploi des timbres. Sur quatorze versets alleluiatiques du 2e ton, que l'usage a conservés de l'antiphonaire primitif, il y en a dix sur le même air. Beaucoup d'hymnes en vers se chantent sur un même air. Coussemaker prouve l'usage du timbre au moyen âge par un manuscrit du Xe s., où quatre chansons latines portent au lieu de notation, les mots Modus, ( = sur l'air de) Ottine; Modus Liebine; Modus Florum; Modus Carelmannine. Les troubadours usaient du procédé. Bertrand de Born (1159-1196) dit lui-même avoir écrit un de ses sirventes Sur la mélodie de la Dame Alamanda. En général, il semble certain que le sirventès se composait toujours sur un air connu.  (Voyez Sirventès.) De tout temps, le procédé fut courant; au XVIe s., on le voit utilisé pour les textes des chansons, des psaumes huguenots, etc. Au début du XIXe s., la Clef du Caveau dit : « On entend par le mot timbre la désignation d'un air quelconque, en citant le premier vers de la chanson ou du couplet qui lui a donné lieu. »

3. Cordes tendues sur une peau dans certains instruments à percussion. (Voyez Tambour.)

4. Sorte de sonnette fixe frappée par un marteau.


Voir aussi: Sirventès, Tambour

 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version imprimable

Retourner en haut de la page

Livres sur la musique prix cass

Livres sur Jean-Jacques Goldman  prix cass Livres sur Jean-Jacques Goldman  prix cass
Livres sur Michael Jackson  prix cass Livres sur Maria Callas  prix cass

Copyright © metronimo.com - 1999-2021 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871