Accueil
Mega Drop Down Menu
Rechercher sur metronimo.com avec
Google

Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Hit-Parade

English Français Espaol

Accueil de la bibliothèque > Dictionnaire pratique et historique de la musique par Michel Brennet (1926)

Dictionnaire pratique et historique de la musique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Z

AB AC AD AE AF AG AI AL AM AN AP AR AS AT AU AV
Armure
Nom féminin.
Réunion en tête de la portée, après la clef et avant le chiffre de mesure, des accidents qui expriment les altérations constitutives du ton du morceau. Les signes ainsi placés ont une action permanente, qui subsiste, sauf les altérations accidentelles, jusqu’à un changement d’armure. On reconnaît le ton du morceau par l’armure de la clef, qui est la même pour le ton majeur et son relatif mineur. Les dièses constitutifs du ton, s’inscrivent en montant, les bémols, en descendant de quinte en quinte, selon l’enchaînement des tonalités :

Il était d’usage, aux XVIIe et XVIIIe s., de répéter l’accident à l’armure de la clef sur les deux lignes correspondant aux notes dont la tonalité exigeait l’altération :

On se dispensait quelquefois, dans les copies manuscrites, de répéter l’armure à chaque portée de la page.

L’usage des instruments à vent dits transpositeurs entraîne l’emploi d’armure conventionnelles qui répondent au doigté de l’instrument, mais non à la tonalité du morceau, et qui jettent une grande complication dans la partition d’orchestre. Un instrument en si bémol, par exemple, fait entendre le si bémol lorsque sa notation indique un ut et sonne en conséquence soit à la seconde majeure au dessous, soit à la septième mineur au-dessus de la note écrite. Son armure comporte deux bémols en moins ou deux dièses en plus que le ton réel. La concordance de l’armure réelle et de l’armure conventionnelle s’établit en des tableaux que fournissent pour chaque variété d’instruments transpositeurs les traités d’instrumentation. Exemple :

Depuis le début du XXe s., la fréquence des modulations dans la musique, en multipliant les changements d’armure et les altérations accidentelles, a créé des difficultés de lecture que quelques compositeurs ont écartées par la suppression pure et simple de l’armure. Parmi les œuvres ainsi notées, on peut citer le Psaume LVII, de Ch. Tournemire (1912), et les trois premiers numéros des Goyescas, pour piano, de Enrique Granados (1912).

Voir aussi: Instruments, Partition, Tonalité, Transposition

 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version imprimable

Retourner en haut de la page


Copyright © metronimo.com - 1999-2021 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871