Accueil
Mega Drop Down Menu
Rechercher sur metronimo.com avec
Google

Logiciels de Métronimo

Logiciels ludiques pour apprendre la musique. Cliquez ici pour jouer.

Annuaire de Métronimo

Annuaire des artistes et des groupes de musique. Cliquez ici pour vous inscrire. C'est gratuit!

Hit-Parade

English Français Espaol

Accueil de la bibliothèque > Dictionnaire pratique et historique de la musique par Michel Brennet (1926)

Dictionnaire pratique et historique de la musique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Z

RA RE RF RH RI RO RU RY
Respiration
Nom féminin.
Action d'introduire dans les poumons la quantité d'air nécessaire. L'acte de la respiration s'accomplit en deux temps : l'inspiration et l'expiration. C'est pendant l'expiration que l'air, chassé des poumons, met en jeu les organes de la phonation. Les physiologistes (p. ex. Garnault) distinguent 3 types de respiration : diaphragmatique ou abdominal, qui est le type naturel; costo-supérieur ou claviculaire, type défectueux produit chez les femmes par le port du corset; costo-inférieur ou latéral, très défectueux, ayant la même cause. Marage ne distingue que deux modes d'inspiration : 1° par l'élévation et l'écartement des côtes (respiration thoracique supérieure et inférieure); 2° par l'abaissement du diaphragme et le refoulement des intestins. Le même auteur parle des trois types de respiration. La respiration est semblable pour les deux sexes. On doit pouvoir disposer des deux méthodes afin de faire entrer le plus d'air possible dans les poumons sans se fatiguer. On compte en moyenne 16 actes respiratoires par minute. Chaque inspiration fait pénétrer dans les poumons un demi-litre d'air, soit 8 litres par minute, 480 litres à l'heure. Le volume d'air que fait pénétrer dans les poumons une inspiration profonde varie avec la taille et la corpulence de l'individu : 2 l. 50 à 4 l. 75 chez l'homme, 2 à 4 litres chez la femme. Le volume maximum est appelé capacité vitale. L'expiration se fait presque seule, en vertu de l'élasticité des poumons. La position, le vêtement, l'habitude, déterminent chez les différents sujets et chez un même sujet des types différents de respiration.

Il y a un art de la respiration. Marage dit : « Il est inutile d'apprendre à chanter ou à parler si on ne sait pas respirer, et la plupart des voix se perdent non pas tant par une mauvaise méthode que par une mauvaise respiration. Un orateur ou un chanteur doit apprendre à emmagasiner l'air dans les poumons et à ne pas le laisser s'échapper inutilement » car « pendant la phonation, il s'échappe des poumons un certain volume d'air sous une certaine pression; le produit de ces deux quantités : le volume et la pression, donne le travail développé ». La respiration se lie à l'art de phraser. Le sens du discours musical ou de ses périodes est détruit par une mauvaise distribution des respirations. « On doit respirer avant un son filé, dit Lemoine, avant un son contenu d'une longue durée, avant un trait d'une grande longueur, avant un point d'orgue, sur les silences, à la fin d'une phrase. On peut aussi respirer lorsque la ponctuation des paroles le permet, sans qu'il en résulte un contresens dans la musique. » La respiration est de toutes les parties mécaniques de l'art du chant la seule, ou à peu près, sur laquelle le chanteur puisse exercer un contrôle de tous les instants, et dont il soit entièrement le maître. Le moine bénédictin Dom J. Leclerc (?) auteur du traité manuscrit 20 002 de la Bibl. Nat. (vers 1670), dit que « toute la grâce et la beauté du chant » dépendent de la respiration, et que cependant les maîtres s'en soucient très peu, d'où il arrive qu'on voit tant de chanteurs « qui chantent en fendeurs de bois, j'entends, qui à toutes les notes font un nouvel effort de poitrine, souvent accompagné d'un coup de tête comme si a chaque note ils donnaient d'une cognée sur une bûche ».

La place des respirations est indiquée aujourd'hui au chanteur par une virgule tracée au-dessus de la portée. Cavalière (1600) se servait d'un signe en forme de S qu'il appelait Incoronata. L'art de la respiration n'est pas moins utile aux instrumentistes jouant des instruments à vent qu'aux chanteurs. Ce n'est cependant que dans les traités de chant qu'on le voit étudier spécialement. Il n'est pas question de respiration dans la Méthode pour le basson, de Ozi (1754-1777) adoptée par le Conservatoire de Paris. La Méthode de clarinette de Van der Hagen contient en une page et demie un chapitre sur la respiration où il n'est question que de la place où l'instrumentiste peut ou doit respirer, dans la phrase musicale.


Voir aussi: Spiromètre

 Rafraichir la page | Ajouter aux favoris | Version imprimable

Retourner en haut de la page

Copyright © metronimo.com - 1999-2017 - Tous droits réservés - Déclaration CNIL 1025871